/Les paradoxes de la féminisation

Les paradoxes de la féminisation

Inscrit dans le droit français depuis 1983, le principe de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes peine toutefois à être pleinement appliqué. Si, aujourd’hui, plus de 60 % des agents de la fonction publique sont des femmes, cette situation en apparence favorable cache des disparités importantes. Au sein de l’Éducation nationale, cet écart est encore plus flagrant et paradoxal : alors que le recrutement se féminise toujours plus, les femmes accèdent finalement peu aux postes à responsabilités. À travers l’étude sociologique de trois fonctions emblématiques du système éducatif français – la direction d’école primaire, l’inspection de l’enseignement primaire, la direction de collège et de lycée –, Gilles Combaz analyse la position des hommes et des femmes dans leur environnement de travail. Il s’attache en particulier aux étapes charnières de la carrière que sont le recrutement, l’avancement et la mobilité. L’utilisation de données statistiques globales permet de réal… Source